Mémoire prospective, vieillissement normal et maladie d’Alzheimer

Le vieillissement normal s’accompagne d’un déclin de la mémoire prospective (MP) qui permet de se souvenir d’intentions à réaliser dans le futur, mais cet effet reste mal compris (sensibilité plus importante de la MP event-based ou timed-based, rôle des fonctions exécutives), voire discuté (effet paradoxal de l’âge, avec une dissociation entre les mesures faites en milieu naturel et en laboratoire). Nos premières études indiquent que ce n’est pas le type de MP (event-based ou timed-based) qui détermine les effets de l’âge, mais plutôt des variables telles que la complexité de la tâche, la nature des processus impliqués, automatiques ou contrôlés, la nature du lien entre l’action et l’indice…. En outre, les régions cérébrales impliquées dans le déclin de cette mémoire sont mal connues. Notre étude précédente en IRMf d’activation (Gonneaud et al., 2016( ?)) est en faveur d’un phénomène de dé-différentiation, un résultat qui pourrait être dû à la trop grande complexité de la tâche pour les sujets âgés, les empêchant de mettre en œuvre des mécanismes compensatoires. D’autres données acquises dans ce protocole, en IRM anatomique, en IRMf au repos et en IRM du tenseur de diffusion, seront exploitées dans la perspective de mettre en évidence les modifications de la substance grise et de la substance blanche susceptibles d’expliquer le déclin de performances lié à l’âge et d’étudier la connectivité fonctionnelle et structurale entre les régions impliquées dans le fonctionnement de la MP.

Nous avons aussi utilisé la technique de réalité virtuelle, le sujet se déplaçant dans une ville au volant d’une voiture, et nous avons montré des effets délétères de l’âge (Lecouvey et al., 2017). Afin de répondre à de nouvelles questions, un nouvel environnement a été modélisé en réalité virtuelle, le musée Mémorial de Caen (Fig. 10), en collaboration avec le centre de réalité virtuelle de l’Université de Caen Normandie (le CIREVE). Dans l’épreuve de MP, les sujets participent à une visite virtuelle d’une partie du musée et doivent y rappeler des intentions apprises au préalable. Cet environnement riche, au sein duquel les sujets se déplacent librement, autorise la réalisation d’une grande variété d’intentions.

Fig. 10. Exemples de dessins utilisés pour évaluer les connaissances des règles sociales.

Nous avons aussi introduit un délai de 12 heures entre l’apprentissage des intentions et leur rappel, ce qui rend l’épreuve plus réaliste et améliore sa validité écologique. Ce délai de 12 heures nous permet en outre d’introduire une variable potentiellement influente, le sommeil, dans la mesure où des travaux réalisés dans notre laboratoire ont montré des liens entre sommeil et mémoire (Rauchs et al., 2011). À ce jour, seules quelques études se sont intéressées à l’effet du sommeil sur la MP chez le sujet jeune et elles se sont focalisées sur la MP event-based, évaluée au moyen d’épreuves de laboratoire assez éloignées des situations rencontrées dans la vie quotidienne. Nous menons donc une étude dans laquelle les sujets doivent rappeler des intentions après un intervalle de rétention de 12 heures de sommeil, ou de veille diurne. Tous les participants réalisent les deux conditions. Afin de nous assurer qu’il n’existe pas de biais relatif à l’heure à laquelle les intentions étaient apprises et rappelées dans l’environnement virtuel (le matin ou le soir), une première session avec un intervalle de rétention de 10 minutes est effectuée aux deux moments de la journée. Ainsi, une moitié de l’échantillon réalise cette première session le matin à 8 heures et l’autre moitié le soir à 20 heures. Cette épreuve a été conçue pour évaluer l’effet du sommeil sur le rappel des composantes prospective et rétrospective d’intentions event-based et time-based. Elle a également été construite pour comparer l’effet du sommeil, sur le rappel d’intentions event based avec indice focal et non focal d’une part, et sur le rappel d’intentions event-based avec un lien fort ou faible entre l’indice prospectif et la composante rétrospective d’autre part. Cette partie du projet sera réalisée en collaboration avec Géraldine Rauchs (équipe 1). Il prévoit l’inclusion de sujets sains jeunes et âgés. Les résultats préliminaires, obtenus auprès de sujets jeunes, mettent en évidence un effet bénéfique du sommeil sur les composantes pro- et rétrospective aussi bien pour les intentions de type event-based que time-based.

Dans la MA, peu d’études ont été effectuées sur la MP, et encore moins avec des tâches expérimentales contrôlées. Les travaux s’accordent sur une atteinte précoce de la MP. A l’instar des sujets sains, il est probable que les perturbations des fonctions exécutives et de la composante rétrospective de la mémoire épisodique interviennent dans le déficit de la MP, mais ceci n’a pas été spécifiquement étudié. En outre, le débat reste ouvert quant à la précocité de cette altération. Selon certains auteurs, elle pourrait être atteinte avant la mémoire rétrospective et sa mise en évidence en clinique pourrait contribuer à un diagnostic plus précoce, à condition d’élaborer un outil adapté, ce qui fait défaut aujourd’hui. Une épreuve a été élaborée pour examiner la MP des patients en consultation mémoire. Les tâches proposées permettent d’évaluer les deux composantes, time-based et event-based, tout en s’inscrivant dans un bilan neuropsychologique standard. Quelques patients ont été examinés avec cette tâche clinique et les données attestent de la faisabilité de cet examen en routine ainsi que des troubles précoces de la mémoire prospective dans la MA.

Copyright © 2017 U1077 | Mentions légales